Adduction d’eau potable

Le SIGN a pour mission l’étude, la réalisation et l’exploitation de l’ouvrage d’adduction d’eau potable de la Tontouta pour le renforcement de l’alimentation en eau potable du Grand Nouméa. L’eau de la rivière de la Tontouta est puisée, traitée puis refoulée via l’Aqueduc, ses antennes et deux réservoirs. Cet ouvrage permet en appoint d’alimenter en eau potable les quatre communes du Grand Nouméa.

L’Aqueduc en quelques chiffres :

  • Près de 8 Milliards FCFP de travaux
  • 30 mois de travaux
  • mise en service le 1er octobre 2001
  • 12 antennes/piquages raccordés
  • Un débit maximal d’environ 96 000 m3/j d’eau par jour

La réalisation et l’exploitation des ouvrages de production et de transport de la Tontouta pour le renforcement de l’alimentation en eau potable du Grand Nouméa sont déléguées par le SIGN à la Société Anonyme Des Eaux de TONTOUTA dite « SADET » (filiale du Groupe Suez-Lyonnaise des Eaux).

Le contrat de concession avec la SADET a pris effet au 31 décembre 1998, pour une durée de 50 ans.
Délibération n°98/07 du 24 décembre 1998

L’utilisation de l’Aqueduc en 2009

Sur l’année 2009, il a été vendu plus de 3,5 millions de m3 d’eau (+12,3% par rapport à 2008). Cela représente 9 000 m3 d’eau potable vendus par jour soit 10% de la capacité de production de l’Aqueduc.

La ville du Mont Dore est la principale utilisatrice de l’Aqueduc depuis 2003, en raison de l’indisponibilité de l’adduction par le captage de la Thy depuis le 15 juillet 2003 (cyclone ERIKA).

Utilisation de l’aqueduc par les communes de l’agglomération :

Aqueduc

La consommation totale d’eau potable par les habitants du Grand Nouméa en 2009

En moyenne, un habitant du grand Nouméa consomme 305 litres d’eau/ jour dont 60 litres de l’Aqueduc.

Consommation en eau potable par les habitants du Grand Nouméa

A titre de comparaison, un habitant en France métropolitaine consomme 147 litres d’eau/ jour, soit deux fois moins qu’un habitant en Nouvelle-Calédonie.

La consommation des abonnés du Grand Nouméa est toutefois en baisse régulière tous les ans.

Le coût du service public d’adduction d’eau potable via l’Aqueduc

En contrepartie des coûts d’investissements et d’exploitation des ouvrages à sa charge, le concessionnaire perçoit une rémunération composée des deux éléments suivants :

  • Une redevance Abonnement (part fixe) payée par les usagers des services d’eau des communes de l’agglomération
  • Une rémunération Variable (part variable), à la charge des communes ou de leurs délégataires, correspondant aux m3 effectivement livrés aux réseaux de distribution des différentes communes

En 2009, les recettes issues des abonnements se sont élevées à environ 675 M F.xpf, et celles issues de la part variable à environ 20 M F.xpf.